Aller au menu de navigation principale Aller au moteur de recherche Aller au contenu Aller au pied de la page

Clos Sénac de Meilhan

Clos Sénac de Meilhan

Ce petit ensemble d'habitations achevé en 2008, sous maîtrise d'ouvrage de la Société Habitat du  Nord, a été inauguré le 20 décembre 2009.

La municipalité avait souhaité qu'il soit conçu comme un ensemble clos autour d'un espace central, accessible uniquement en voiture depuis la place Salengro. D'où la dénomination de "Clos" donné à la rue, le 28 juin 2007.

Une voie de liaison réduite à la circulation de véhicules de service (incendie, collecte d'ordures ménagères,...) a été créée vers le lotissement créé au début des années 2000, rue Nicolas de la Pierre et Marie de Beaussart.

Ainsi, poursuivant l'hommage rendu aux seigneurs et personnages ayant marqué l'histoire de la commune, cette troisième rue porte le nom  de Senac de Meilhan, intendant du Hainaut, bienfaiteur de la commune.

En 1777, le village est gravement touché par une épidémie de choléra. 237 habitants en sont atteints, selon les termes d'une plaque posée dans l'église,  sans doute en 1780 en reconnaissance de leur bienfaiteur, Monsieur Senac de Meilhan.

Il s'agit de Gabriel Sénac de Meilhan (7 mai 1736 à Versailles -15 août 1804 à Vienne (Autriche)), intendant du Hainaut de 1775 à 1789, surtout connu par le témoignage précieux qu'il apporte sur les milieux de l'émigration dans son roman "L'Émigré" (1797).

Aubry doit à son bienfaiteur l'envoi dans la commune du docteur André Dufresnoy, médecin de l'Hôpital Général de Valenciennes, qui parvint à sauver bon nombre d'habitants et qui fit don au curé-prieur d'Aubry, d'une somme 400 livres qu'il reçut en gratification du roi Louis XVI.

Le rapport fait par la société royale de médecine à M. NECKER, directeur général des finances, sur la méthode curative utilisée par André Dufresnoy mentionne cette gratification.

Le médecin bienfaiteur demanda que cet argent soit utilisé pour récompenser la fille la plus vertueuse du village. Une première rosière fut élue le 19 juillet 1778, Augustine Sauvages, suivie de trois autres, les années suivantes.

Un portrait de Gabriel Sénac de Meilhan, plus que probablement perdu (posé à l'origine à Paris ou Versailles), a été fait à Valenciennes, en 1783, par le peintre Joseph-Siffred Duplessis, peintre du roi et portraitiste de Louis XVI.

Clos Senac de Meilhan 1
Clos Senac de Meilhan 1
Clos Senac de Meilhan 2
Clos Senac de Meilhan 2
Clos Senac de Meilhan 3
Clos Senac de Meilhan 3
Clos Senac de Meilhan 4
Clos Senac de Meilhan 4

Inauguration des logements

Inauguration des logements

Extraits de l'article de la Voix du Nord du 24 décembre 2009 :

La résidence « Clos Sénac de Meilhan » a connu deux vagues successives de locataires, en novembre 2008 et février.

Lundi, (Ndlr : 21 décembre 2009) les élus ont inauguré le site. Treize logements symbolisent un quartier de mixité sociale et générationnelle.

 
 
« Je suis au paradis, raconte Colette Hilaire, enjouée dans son salon. Tout le monde se plaît ici. C'est un lieu très calme et agréable. » Elle habite l'un des trois logements de type 2, construits de plain-pied, spécifiquement destinés aux personnes âgées et aménagés en cas de handicap. En face, cinq maisons de type 3, trois de type 4 et deux de type 5. Renée Stievenart, maire, évoque « un chiffre porte-bonheur » avec treize unités au compteur.
Pour cette inauguration, Renée Stievenart ; Bernard Carton, président du directoire de la SA Habitat du Nord ; Jean-Claude Dulieu, président de la commission habitat renouvellement urbain de Valenciennes Métropole, et Alain Bocquet, député du Nord, ont coupé le ruban, visité le logement de Mme Hilaire, avant de délivrer leurs discours à la mairie.
Palier au manque de logements 
.......

 La résidence « Clos Sénac de Meilhan » accueille des jeunes, des couples avec enfants et des personnes âgées. Les habitations de type 2 et 3 ont bénéficié d'un financement PLUS (prêt locatif à usage social), ouvert aux ménages ne dépassant pas les plafonds de ressources HLM. Les autres maisons ont été financées par un prêt locatif social (PLS), réservé aux ménages dont les ressources sont supérieures de 30 % des plafonds de ressources HLM. Les loyers (garages inclus, hors charges) vont de 337 E pour le type 2 à 789 E pour le type 5.
La pâture laissée jadis à l'abandon fait désormais place à un lotissement que l'on dit parfaitement inséré dans le quartier. (Signé WD)